• Un service professionnel inégalable

  • 6 décembre 2018

L’histoire de Balto

L’histoire de Balto

L’histoire de Balto 1024 302 Centre Canin Legardeur

La rencontre de Balto

Balto est né dans un élevage de chiens de race husky sibérien, au Saguenay, le 8 janvier 2017. Il est né roux, ce qui ne se voit pas souvent chez les huskys. Vu son allure rare, il a rapidement trouvé preneur et a été vendu à un couple qui le nomma Kodiak. Ces derniers l’enchaîna à l’extérieur et c’est là que son enfer commenca…

Tous les jours il était peu nourri et se faisait rouer de coups par le propriétaire. Il n’était attaché qu’à une chaîne qui faisait le tour de son cou et l’empêchait de fuir. Il avait beau hurler, pleurer ou aboyer, rien ni personne ne venait à son aide… Notre petit husky grandit ainsi dans cet environnement malsain, et toute sa première année de vie se résuma à sa chaîne qui rouillait toujours de plus en plus autour de son cou.

Personne ne mis jamais de temps à lui enseigner les bonnes manières ou la propreté. Puis, 1 ans plus tard, au mois de février, le couple qui l’avait acheté se sépara. Ils décida tout deux de se débarrasser du chien… Ils finirent par trouver une bonne samaritaine qui offra d’attacher Kodiak sur son terrain. Notre petit roux se trouva donc déplacé en voiture, la peur au ventre, sans comprendre où il s’en va ni pourquoi.

Il finit encore une fois enchaîné. Cette fois-ci à un arbre, sans abri.

La samaritaine, prise de conscience, pensa à trouver une vraie famille à ce pauvre chien. Le lendemain, elle part à son école. Elle va au cégep et, tout bonnement, en classe, raconte sa drôle d’histoire avec ce chien qui n’a pas de foyer… C’est une collègue de classe à moi. J’entends cette histoire et aussitôt je me propose d’aller le voir avec mon conjoint. Je soumets l’idée que je pourrais l’adopter. Ni une ni deux le soir j’en parle à mon conjoint et, en moins d’une heure, nous sommes rendu chez elle à visiter Kodiak.

Nous nous retrouvons face à ce petit mâle roux d’un an et un mois. Quand nous l’approchons il s’assied devant moi et colle sont petit nez froid et mouillé sur mon nez avec douceur. Il me laisse le caresser, jouer avec ses pattes, ses oreilles et même ses dents. Il se couche et nous montre son ventre. Nous voulons prendre un moment pour réfléchir et nous nous éloignons. Aussitôt, il se met à pleurer et hurler très fort. C’est un cri déchirant de désespoir. Je le réserve et fournis sa nourriture le temps d’organiser notre maison et d’acheter le nécessaire pour combler tous ses besoins.

En 1 semaine, tout est fait. Nous retournons le voir et le prenons avec nous. Sa chaîne est tellement rouillée que ça nous prend des pinces pour la couper. Mon conjoint s’en occupe. Je prends le bout coupé et je guide notre petit rouquin jusqu’à la voiture. Il a peur et est très nerveux. Il refuse de monter et je dois le prendre dans mes bras pour le hisser moi-même à bord du Jeep. Là, il y trouve chaleur et une doudou pour s’étendre. Une fois embarqué, nous tentons d’enlever la chaîne de son cou. Il faut y aller doucement. Le poil et la peau sont collés et quand nous réussissons enfin à la retirer, il n’y a plus de poil autour de son cou, mais plutôt une plaie suintante. Vite à la maison pour nettoyer ça.

Là encore il faut y aller très doucement, notre petit amour n’a jamais mis les pattes à l’intérieur de sa vie et, pour lui, c’est tout un choc. L’odeur de la nourriture qui lui a tant manqué a par contre raison de sa crainte et il finit par rentrer et manger enfin à sa faim. Nous décidons de le rebaptiser Balto en l’honneur du chien-loup qui a vécu en Russie il y a bien des années.

Maintenant, il faut aller chez le vétérinaire. Celle-ci confirme les mauvais traitements et souligne sa maigreur. De retour à la maison, la tête plus tranquille, mais avec un beau défi: Balto à peur de tout le monde sauf nous. Quand il rencontre des nouvelles personnes, ses pattes tremblent et il se met à ramper pour tenter de s’échapper. Il ne sait pas marcher en laisse, aucune commande de base, pas de propreté, bref personne n’a pris le temps avec ce pauvre amour. On se retrousse les manches et on y va avec douceur, une étape à la fois.

Aujourd’hui, au bout de 7 mois de travail, il a repris du poids, il n’a plus aucune plaie, il marche bien en laisse, connait ses commandes de base et il est propre dans la maison. On prépare maintenant la saison hivernale pour faire du traîneau avec lui. En attendant, on profite de la belle saison pour se baigner, courir et faire de la randonnée! Balto est maintenant heureux et, malgré quelques petites séquelles qui partiront avec le temps, son début de vie difficile n’est plus qu’un lointain souvenir.

Nous avons retrouvé l’élevage où il est né, où l’éleveur prend note de son histoire. Ça fait plusieurs mois qu’il cherche le chiot qu’il a vendu pour faire un suivi auprès des propriétaires… sans nouvelle. Il nous fait parvenir les papiers du chien et nous enregistre comme seuls propriétaires.

 

Maintenant l’histoire de Balto se continue. Heureuse, pleine de vie et d’amour pour lui.

« Les gens aiment les chiens. Vous ne pouvez jamais vous tromper en ajoutant un chien dans une histoire »

-Jim Butcher